Lexique du travail sur soi

Le travail sur soi est essentiellement une question de sensations. Mettre des mots dessus est un pari osé mais nécessaire pour pouvoir communiquer sur le sujet. Les mots qui suivent peuvent avoir plusieurs significations. Ils sont définis ici uniquement sous l’angle d’un travail sur soi.

Lexique du travail sur soi

Le lexique

Accompagnateur : responsable de la pratique, garant de son cadre, canalisateur de la force d’ouverture, transmetteur de la méthodologie, éclaireur de notre chemin. Il ou elle décrypte ce que fait la force d’ouverture en nous et nous conseille pour que l’on ajuste notre attitude.

Âme : système de structures au même titre que les deux autres systèmes (corps et psychisme). Les trois systèmes formant notre incarnation. L’âme nous permet d’incarner les qualités les plus subtiles et les plus étendues. Exemples : inspiration, amour pour tout ce qui existe, spontanéité, enthousiasme, légèreté, adhésion au courant de vie, sentiment d’appartenance à un groupe…

Attachement : synonyme d’identification. L’attachement est à l’origine de nos souffrances.

Attention : capacité à ressentir ce qui se passe en soi. L’attention utilise nos cinq sens, mais sous une forme « retournée », pour ressentir ce qui se passe en nous. Un des objectifs du travail sur soi est de ressentir les sensations dès leur naissance.

Attitude : ou attitude intérieur : la façon dont on se tourne vers soi et vers Soi, plus ou moins accueillant, réceptif, attentif… L’attitude détermine la réussite de notre propre accompagnement.

Autonomie : on devient autonome en accompagnant nous même les ouvertures qui se produisent en nous. Un travail sur soi ne peut pas se faire sans les conseils d’un accompagnateur, on passerait à coté d’informations fondamentales, et en même temps on est les seuls à pouvoir accompagner le travail en nous. Le but étant de se réapproprier notre être.

Bonheur : le travail sur soi amène à une forme de bonheur qui est de vivre pleinement tous les événements de la vie, heureux ou malheureux, selon l’adage « la paix n’est pas la tranquillité ». Ce n’est ni une quête du plaisir, ni même de satisfaction. Un des objectifs est d’être là, ici et maintenant.

Centration : force qui reconnecte soi et Soi ensemble, force qui nous pousse à être présent depuis notre centre.

Centre : lieu depuis lequel se manifeste notre Présence en diffusant une qualité particulière qui nous est propre : notre Identité. Cette qualité imprègne au fil du temps de plus en plus notre incarnation.

Chakras : structures du psychisme.

Chemin : allégorie qui symbolise la suite d’évolutions que l’on vit en faisant un travail sur soi. Le chemin est sans fin et se déguste pas à pas.

Clarté : Au fur à mesure que les structures s’ouvrent, elles perdent en « opacité », laissant plus facilement passer la lumière.

Cohérence : moment où l’on s’exprime en accord avec notre Identité. Synonyme de congruence, d’authenticité.

Communication : échange d’informations en nous et entre nous et tout ce qui existe. Communiquer est la condition pour exister.

Conditionnement : programme qui nous sert à fonctionner. Synonyme de fonctionnement. Il y en a dans toutes nos structures. Au fil de nos évolutions, ils tendent à devenir cohérent avec notre Identité.

Connaissance : ou connaissance de soi. Le travail sur soi nous amène à une connaissance de soi qui n’est pas intellectuelle mais sensorielle.

Conscience : faculté pour une structure d’appréhender (via des informations) : ce qu’elle est, ce qu’elle peut faire, ce qu’elle peut communiquer avec d’autres structures (les nôtres et celles de tout ce qui existe). La conscience évolue en s’élargissant et en s’approfondissant.

Conscience corporelle : désigne toutes les formes de conscience qui ne sont pas la conscience mentale (nos pensées). En fait, chaque structure a sa faculté de conscience.

Corps : système de structures qui nous est le plus familier : os, muscles, articulations, système nerveux, organes etc. Tout comme le psychisme et l’âme, le corps est le lieu d’une intense circulation énergétique.

Crise de bien-être : passage difficile du chemin, reconnaissable au fait qu’après la crise on est dans un état d’ouverture plus large qu’avant la crise.

Cycle : déroulé qui se répète lors de chacune de nos évolutions. Voir : « détail d’un cycle d’évolution« .

Demande : ou demande d’évolution : demande de notre Présence de s’incarner pleinement et de s’exprimer librement. Quand on la ressent, on cherche à évoluer, ce qui peut nous amener à faire un travail sur soi.

Désidentification : abandon d’une identification. Synonyme de détachement. La désidentification est un des objectifs du travail sur soi.

Détachement : synonyme de désidentification.

Dieu : personnification du divin.

Divin : source qui produit les informations fondamentales à la base de notre nature et de la nature de tout ce qui existe.

Echange : synonyme de communication. Les échanges, c’est la vie !

Ego : resserrements ou flous autour de la perception de notre identité. Sa naissance est un processus salutaire chez toute personne. Il permet de nous protéger et de nous distinguer des autres. Arrivé à l’âge adulte, il est possible de défaire ces fonctionnements pour obtenir une perception de notre identité qui reflète notre Identité profonde.

Energie : l’énergie est ce qui sert à transporter et distribuer les informations entre nos structures, et avec celles de tout ce qui existe.

Enracinement : transposition dans notre quotidien de notre Identité. A force d’agir en cohérence avec qui on est, on trouve notre place dans notre environnement, et à l’inverse notre environnement nous fournit ce dont on a besoin (synchronicité).

Enseignant : synonyme d’accompagnateur, dans le sens où devenir Soi est quelque chose qui s’apprend. L’enseignant transmet une méthodologie qui nous permet de pratiquer sans lui, au quotidien.

Équilibre : moment stable de notre cheminement où nos structures communiquent en harmonie. Dans un travail sur soi, on va d’équilibre en équilibre, en se rapprochant à chaque fois un peu plus de notre Identité.

Espace : notre espace, synonyme de notre incarnation.

esprit : avec un e minuscule, synonyme de notre psychisme.

Esprit : avec un E majuscule, synonyme de notre Présence.

Essence : synonyme de notre Présence.

Eveil : l’éveil premier est le moment où l’on devient conscient de la demande de notre Présence. La suite est une succession d’éveils à chaque fois qu’un cycle d’évolution a lieu.

Force d’ouverture : force capable de produire des transformations en soi. On a tous une force d’ouverture personnelle. La pratique est porteuse elle aussi d’une force d’ouverture qui, en cas d’affinité, se couple à la notre et rend le travail plus efficient.

Guide : synonyme d’accompagnateur. Il éclaire notre chemin : ce n’est pas un guide qui serait devant nous et que l’on suivrait. Il est à coté de nous et nous donne des conseils.

Habiter : synonyme d’être présent à soi.

Hara : centre de gravité du corps. Être présent à soi depuis le hara permet de mobiliser toute notre force physique.

identité : avec un i minuscule : perception de notre identité. Se fait au centre de la tête. Résultat de la synthèse des informations que l’on capte de soi à un instant donné.

Identité : avec un I majuscule, notre identité profonde, qui on est vraiment, notre identité unique et personnelle. Elle émane de notre Présence.

Identification : auto-création projective d’une personnalité temporaire à partir des informations que l’on perçoit de soi. Synonyme d’attachement.

Incarnation : moyen pour une Présence de continuer son évolution.

Individuation : synonyme de réalisation de Soi.

Informations : plus petit élément commun à tout ce qui existe. Tout ce qui existe reçoit, traite et émet des informations dans un échange permanent avec d’autres choses qui existent, selon l’adage « rien n’existe par soi même ». Attention quand même : ce qui me fait exister ne va pas jusqu’à dicter mes actions, ce qui est plus du ressort du sens de la vie.

Intégration : ou intégration d’une mémoire : moment pendant un cycle d’évolution, où une mémoire trouve sa place dans notre histoire et cesse d’attirer l’attention vers elle. Procure généralement une émotion, suivie d’un apaisement.

Lâcher prise : capacité du système nerveux à se détendre au quotidien tout de suite après un stress. D’une manière plus profonde, c’est aussi la capacité à abandonner un conditionnement. Une fois adulte, on peut réapprendre au système nerveux à retrouver sa capacité à lâcher prise (généralement perdue à la fin de l’enfance).

Libération : action de devenir Soi.

Mémoire : capacité innée des structures à se souvenir de leurs expériences. Chacune de nos structures a, à un instant donné, un « point de vue » ou un « niveau de conscience » qui découle directement de toutes les expériences qu’elle a vécues, comme si elle en avait gardé le souvenir. Cet état n’est pas figé et peut demander à évoluer. Certaines mémoires vont ainsi se réactiver, dans un ordre précis correspondant à une suite faisable d’évolutions. Elles balisent ainsi notre progression, selon l’adage « notre passé est notre devenir ». Les mémoires les plus actives correspondent généralement à des événements marquants face auxquels on a été très limité dans notre conscience, nous laissant dans un état de manque. Ceci est valable pour tout type d’événement, pas seulement les blessures, le souvenir d’une très forte ouverture nous marquera tout autant. Elles attirent alors sans cesse les mêmes situations, pour que l’on puisse les dépasser. La résolution se produit lorsqu’on développe une qualité qui nous rend apte à faire face à la même situation dans un état de conscience plus ouvert. Une mémoire apaisée n’est pas effacée mais intégrée à notre histoire.

Mémoire cellulaire : désigne toute forme de mémoire qui ne soit pas la mémoire commune de notre cerveau. En fait, chacune de nos structures a la capacité de mémoriser ce qui lui arrive.

Mental : zone située derrière le front utilisée par le chakra Ajna pour traiter les pensées qu’il élabore.

Méridiens : canaux énergétiques qui transportent les informations entre les différentes structures du corps et du psychisme.

Nature : informations de base à l’origine de tout ce qui existe. Elles sont produites par le divin. Exemples : silence, lumière, joie, paix, amour. Nos structures les reçoivent et les reproduisent à notre manière sous forme de qualités.

Non-dépendance : état où on se sent libre d’exprimer notre Identité, sans crainte de perdre quelque chose, quelqu’un.

Ouverture : évolution pour une structure vers un état optimal où des informations plus pertinentes par rapport à sa fonction vont se mettre à circuler.

Personnalités : pseudo identités multiples et provisoires que l’on se fabrique pour s’adapter aux différentes situations, en attendant de pouvoir exprimer librement notre Identité et d’être soi en toute situation. Elles sont les images de soi auxquelles on s’attache, à la fois mésestime et surestime de soi, causant ainsi notre souffrance.

Plexus : structure du corps : amas de nerfs agglutinés sur la colonne vertébrale. Le plus connu est le plexus solaire, derrière l’estomac. Il y en a plusieurs répartis entre le coccyx et le cerveau. Le travail sur soi les amène à retrouver leur capacité à lâcher prise.

Pratique : activité de base que l’on a trouvé pour faire un travail sur soi, avec l’aide d’un accompagnateur et dans un cadre.

présence : ou présence à soi, avec un p minuscule : niveau d’ancrage de notre Présence à notre incarnation. Un des objectifs du travail sur soi est, pour notre Présence, d’habiter pleinement toute notre incarnation (corps, psychisme et âme).

Présence : avec un P majuscule, l’Essence que nous incarnons, siège de notre Identité. La Présence s’incarne pour continuer à évoluer.

Programme : synonyme de conditionnement.

Psychisme : notre deuxième système de structures, appelées ici « Chakras« , qui créent nos : intuitions, pensées, sentiments, émotions, instincts et pulsions.

Qualité : aptitude qu’accomplissent une ou plusieurs structures de systèmes différents, une fois qu’elles se sont harmonisées entre elles. Un des objectifs du travail sur soi est de faire émerger nos qualités. Les qualités n’ont pas de valeur morale et ne sont donc pas des vertus. Voir la liste de ces qualités sur : « qualités développées par un travail sur soi ».

Réalisation : ou réalisation de Soi : fait pour notre Présence de s’incarner pleinement et de s’exprimer librement.

Respiration : bien plus qu’un échange gazeux via nos poumons, elle est le support des échanges en nous et entre nous et tout ce qui existe. Permet d’accueillir et d’exprimer. Tout ce qui existe a besoin de communiquer des informations avec ce qui l’entoure, la respiration est l’application concrète de ce principe. Un des objectifs du travail sur soi est de se laisser respirer. Contrôler la respiration est un de nos conditionnements. La respiration libérée a de nombreuses vertus : elle permet à la présence à soi de venir habiter de nouveaux territoires (si on vous dit « respirez dans votre bassin », traduisez « devenez présent aussi depuis votre bassin »). Une respiration contrôlée aura tendance à maintenir la présence en haut du corps.  Se laisser respirer revient enfin littéralement à laisser le travail en soi se faire.

Responsabilité : capacité de répondre par soi même à une situation. Moment important dans la naissance d’un travail sur soi où l’on réalise qu’on est le seul à pouvoir le faire.

Sens : nos cinq sens, qui sont par habitude tournés vers ce qui nous entoure. Le travail sur soi nécessite de retourner nos sens en nous pour ressentir ce qu’il s’y passe et accompagner le travail.

Sensation : informations produites par la rencontre d’autres informations. Un des objectifs du travail sur soi est de ressentir les sensations à leur naissance, à l’aide de nos cinq sens retournés.

Sens de la vie : le sens de la vie est propre à chaque personne et dépend de sa Présence, il se découvre et s’approfondit au fur à mesure que l’on avance sur notre chemin.

Silence : lorsque le psychisme est apaisé, on peut ressentir cette qualité particulière qu’est le silence. Cette qualité fait partie de notre nature et de la nature de tout ce qui existe.

soi : avec un s minuscule : synonyme de notre incarnation.

Soi : avec un S majuscule : synonyme de notre Identité.

Spiritualité : constatation qu’on est de la même nature et connecté à tout ce qui existe.

Structure : élément d’un système.

Synchronicité : étant donné que l’on existe via les informations que l’on reçoit, plus on est cohérent avec notre Identité, plus on va recevoir les informations qui nous correspondent.

Système : les trois systèmes sont le corps, le psychisme et l’âme. Chaque système est constitué de structures. Le tout forme une incarnation.

Travail sur soi : tout ce qu’on entreprend dans la cadre d’une pratique pour répondre à la demande de notre Présence. Consiste à libérer et harmoniser les structures de notre incarnation afin qu’elles expriment notre Identité de façon cohérente. Se fait accompagné. Ce n’est ni une quête du plaisir, ni de satisfaction. Ce n’est pas un travail intellectuel mais sensoriel. Ce n’est pas une thérapie.

Unité : un des objectifs du travail sur soi, quand toutes nos structures vibrent en cohérence et en harmonie avec notre Identité.

Vide : désigne l’espace que l’on libère en soi pour que notre Présence puisse s’y déployer. Une fois le mouvement d’évidement commencé, il continue à s’approfondir sans fin.

Yin : ou mouvement yin : sens de communication des informations depuis ce qui nous entoure vers nous-même. Exister est le résultat du double mouvement Yin et Yang.

Yang : ou mouvement yang : sens de communication des informations depuis nous même vers ce qui nous entoure.  Exister est le résultat du double mouvement Yin et Yang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

seize − 12 =